Appel à mobilisation citoyenne:

 

Appel du 9 novembre 2018.

Citoyens, citoyennes,


Dans un mois jour pour jour, nous célébrerons l'anniversaire de la loi de 1905.
Le gouvernement vient d'annoncer qu'un projet de loi allait " nettoyer " le texte de la loi de séparation des Églises et de l'État.

Nous avons un mois symbolique pour nous opposer au projet, mettant fin à ce qui faisait de la France une nation si particulière.
Une nation représentée par son propre peuple
Une nation où le fruit de notre travail n'est pas soumis à une taxe religieuse et où nos impôts ne servent pas à promouvoir son dieu ou le dieu des autres.
Une nation où il n'est pas question de se définir par sa religion.
Une nation où les politiques publiques ne sont pas indexées par les cultes et où les cultes ne sont pas soumis aux politiques publiques.
Une nation qui définit ses citoyens en tant qu'individus.
Une nation qui accueille les apostats pourchassés par des théocraties ou par des radicaux de tout poil.
Une nation qui tolère la croyance en son sein, dans les limites de l'ordre public.
Une nation libre de ses choix et de son avenir.

 
 

Les derniers éditos de l'association Esprit laïque

Focus : réforme de la loi de 1905

Focus : réforme de la loi de 1905

La Loi de 1905 porte la liberté absolue de conscience qui donne à chacun le droit de croire ou de ne pas croire et elle garantit pour tous la séparation des Églises et de l’État. Elle assure la concorde et la paix en affirmant la primauté du commun dénominateur - la citoyenneté républicaine - sur n’importe quelle autre appartenance, empêchant ainsi de graves conflits et clivages au sein de la République.

Si le Président de la République veut amender la loi de 1905 c’est parce que, en l’état, il ne peut pas comme il le souhaite structurer les religions, ni contrôler leurs financements. Il ne peut pas non plus labelliser des Associations cultuelles, c’est à dire décider de leur caractère religieux ou non.

Or le Président de la République veut renouer le lien de l’État avec la religion et «redonner» à l’islam «sa place particulière» (en suivant les avis de l’institut Montaigne et de Hakim El Karoui).

Lire la suite

13 novembre 2018: Un chrysanthème parmi les bleuets.

13 novembre 2018

3 ans.

Trois longues années de résilience.                                                                                                                                                                On a tous éprouvé le malaise de se dire qu'on n'y était pas, qu'on aurait pu être là.                                                                                     

On a tous pensé à ce qu'on aurait fait, ou pas fait.                                                                                                                                      C'est l'objet des commémorations personnelles, des pèlerinages mémoriaux, sur les lieux, ou à distance. C'est l'essence du souvenir avec un point de départ partagé avec 60 millions de concitoyens, avec un horaire commun, des images communes...

Cette année, l'État offre une couronne de fleurs pour le prix du sang, le prix du déni qui a conduit à cette tuerie. Une couronne partagée avec la ville de Paris. Et quelques mots, en hommage. Une fleur parmi les hommages du centenaire de la fin de la guerre.

Un chrysanthème parmi les bleuets.

Lire la suite

Asia Bibi, ou la normalisation du blasphème mondialisé.

Cette histoire illustre à merveille la théorie de l’aile de papillon battant à Tokyo pour déclencher un tremblement de terre à Pointe à Pitre.

Au tout début de l’affaire, la jalousie d’une femme blessée. Asia Bibi est la deuxième femme d’un homme qui a divorcé de sa première femme pour l’épouser.
La première femme n’a jamais pardonné et pour se venger, avec l’aide d’amies musulmanes, elle a fait accuser la chrétienne Asia Bibi d’avoir puisé de l’eau dans un puit musulman.
En plein d’endroits du globe un tel motif aurait été débouté, d’ailleurs personne n’y aurait pensé, mais au Pakistan cela mena Asia Bibi droit dans le couloir de la mort, où elle est restée 8 ans dans l’attente de son jugement.

Le motif? Asia Bibi est chrétienne et comme le puit appartient à un musulman, et que la dénonciatrice, pour assurer sa cause, a accusé Asia Bibi d’avoir prononcé des paroles contre le prophète, Asia Bibi est donc accusée de blasphème.

Lire la suite

Décryptage du futur projet de réforme de la loi de 1905

 Ce dossier est l’un des plus sensibles du quinquennat.


Après un an et demi de cogitation au sommet de l’Etat, la répartition des rôles se dessine. Pendant que les fidèles imaginent des schémas de financement du culte, le gouvernement veut sévir sur l’ordre public. Comment ? En réformant la loi du 9 décembre 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat.
L’idée trottait depuis des mois dans la tête du chef de l’Etat. Ecartée, dans un premier temps. Puis verbalisée comme une conviction intime : "il faut amender la loi de 1905".


Le discours présidentiel tant attendu sur la laïcité va donc arriver et il annoncera une loi de 1905 d'autant plus facilement vidée en partie de sa substance que l'entourage présidentiel proche la qualifie de « vieux totem ».
En effet les articles 1 et 2 garantissant la liberté de conscience et le libre exercice des cultes sous réserve du respect de l'ordre public, et le fait que l'Etat ne reconnaît, ne salarie, ni ne subventionne aucun culte resteront inchangés.

Par contre, les articles 18 et 36 qui encadrent le REGIME DES CULTES va être profondément modifié. Or la loi de 1905 est un ensemble qui ne se résume pas à ses 2 premiers articles sauf à tuer l'esprit de la loi.

Lire la suite

Focus: Il n'y a pas de liberté de religion!

  Focus: il n'y a pas de liberté de religion!


De nouveau , l'actualité nous soumet  à des biais concernant la sémantique appliquée à la loi de 1905.

Nous avons déjà fait un "focus" concernant le terme "vivre ensemble" en démontrant le caractère anti- laïque de ce terme.
Aujourd'hui ,voici un nouvel élément de langage qui nécessite un décryptage, pour débunker et remettre à la place, les bons mots pour les bonnes situations.

Les tenants d'une laïcité apaisée nourrissent les discours opposés à la laïcité républicaine.
Vous avez peut être déjà noté le terme de "liberté de religion". La laïcité, donc la loi de 1905, serait une loi de liberté DES religions.
Cette réduction est fausse si on ne connait pas cette loi en détail, et propagandiste si on la connait et qu'on la réduit à cette simple idée.

Lire la suite

"toutes ces bonnes âmes.."

Qu'elles sont belles toutes ces bonnes âmes qui confondent islam et islamisme (critiquer le second serait forcément s'en prendre, par "islamophobie", à tous les musulmans) ;

toutes ces bonnes âmes qui refusent la liberté d'expression quand il s'agit d'évoquer une religion et de porter un regard critique sur ses dérives, ses pratiques, ses prêches, ses doctrines ;

toutes ces bonnes âmes qui cherchent à requalifier toute critique concernant une religion en blasphème et en diffamation pour les croyants qui se sentiraient atteints dans leurs valeurs ;

toutes ces bonnes âmes qui réduisent la liberté de conscience à la seule liberté de religion et donc d'exercer un culte ;

toutes ces bonnes âmes qui oublient que des droits entraînent aussi des devoirs ;

Lire la suite

Découvrez le site décompléxé qui vulgarise la Laïcité!!!!

Les dernieres tribunes de l'association Esprit Laïque

Derniere tribune de l'association Esprit Laïque.

Tribune : Baby-Loup, ne rien céder au totalitarisme religieux

A l'initiative d'Esprit Laïque, un ensemble d'associations, de personnalités et de militants laïques soumet trois propositions au Président de la République.
La pétition citoyenne associée est ici : https://www.change.org/p/emmanuel-macron-baby-loup...

Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République Française
Monsieur Yuval Shany, Président du Comité des Droits de l'Homme de l'ONU
Monsieur Guido Raimondi, Président de la Cour Européenne des Droits de l'Homme

Le Comité des Droits de l'Homme de l'ONU a rendu le 10 août dernier un avis défavorable contre la France concernant le licenciement de l'employée de la crèche Baby-Loup, n’hésitant pas à suggérer l’idée d’une indemnisation.

Certes ce comité n'étant pas une juridiction, cet avis ne constitue en aucune façon un jugement ayant force exécutoire et ne revêt donc aucun caractère contraignant : la jurisprudence établie par la justice française et la Cour de Cassation réunie en assemblée plénière, qui a débouté la plaignante, garde toute sa force et sa légitimité.

Certes il n’est plus à démontrer que l’ONU a perdu toute pertinence et légitimité sur le sujet des droits des femmes et de la laïcité,  lire la suite...

Aujourd'hui

31 visiteurs - 52 pages vues

Total

23294 visiteurs - 28326 pages vues

Date de dernière mise à jour : 16/11/2018