Découvrez le site décompléxé qui vulgarise la Laïcité!!!!

Le dessin de la semaine par NOOLIVE

derniers billets du blog

Retour vers le futur, code du travail!

Retour vers le futur (en ouvrant de temps en temps son code du travail) :

À propos du jugement rendu le 15 janvier dernier, condamnant le transporteur T2C à réparer le licenciement d’un chauffeur qui refusait de serrer la main de plusieurs collègues femmes.
 

On peut -et même il faut - tout à fait comprendre les réactions passionnées que suscite ce genre de décision de justice. Pour autant, le temps presse. Il devient alors essentiel de comprendre ce qui ne va pas, pour de ne pas être systématiquement dans la réaction qui induit une posture inefficace, purement défensive. Puis des erreurs grossières, qui se renouvellent. S’il est légitime de se montrer critique envers l’institution judiciaire, particulièrement le conseil de prud’hommes, les dysfonctionnements n’expliquent pas tout et certainement pas ce jugement du Conseil de Prud’hommes de Clermont Ferrand rendu le 15 janvier dernier.

En l’espèce actuelle, il n’est pas tout à fait interdit d’observer que la gestion de cette affaire par l’employeur relève, ici, d’une légèreté incroyable qui a permis à un islamiste de pavaner en transformant son procès en un énième cirque médiatique - et encore, T2C échappe à l’humiliation de la nullité-réintégration - . Ainsi, par la grâce d’un employeur (1) qui oublie un principe élémentaire (2) et ne pouvait qu’échouer en invoquant un motif inefficace (3), on donne des bâtons pour se faire battre. Comprendre. Pour éviter que cette situation ne se reproduise trop souvent. Car à vrai dire, ça en devient gênant s’agissant d’entreprises qui, à l’opposé des petites PME, possèdent largement les moyens de remettre en cause leur pratique du droit social.

Lire la suite

Yassine bellatar ou le pitre rit! (billet ironique)

Yassine bellatar ou le pitre rit!

Le comique troupier de la Macronie est en garde à vue! Lui, le rigolo de service devenu conseiller spécial du président sur les questions de banlieue, cet animateur de radio et féru de stand'up qui chauffait les salle pour le CCIF, est interrogé comme un malpropre dans les locaux de police républicaine.

Fini les contrepets, les tartines rigolardes, et les bidonnages entre potes, au pain sec et à l'eau, le rigolo! "Je m'voyais déjà en haut de l'affiche", à l'affiche du débat Zemmour/ Bellatar dans le combat essentialiste organisé par Pascal Praud. Un truc, comme au bon vieux temps de la télé de papa, où on organisait chez Paul Amar la rencontre Tapie/ Lepen, avec le même déshonneur ... la disgrâce.

Lire la suite

Aujourd'hui

12 visiteurs - 26 pages vues

Total

45598 visiteurs - 61238 pages vues

Avis2

Date de dernière mise à jour : 05/04/2019