ASSISES TERRITORIALES DE L'ISLAM DE FRANCE

Nous sommes tombés en arrêt devant un formulaire de la préfecture de Dordogne. Un questionnaire concernant les assises territoriales de l'islam de France. Territoriales!!! Ce document est à destination des musulmans et est édité par les services de l'État en contravention totale avec l'égalité républicaine. En indexant les questions en direction des seuls musulmans, et en ne demandant pas son avis à la totalité de la population française, la préfecture de Dordogne valide la communautarisation des musulmans . Pire , les questions laissent un goût amer d'organisation ,dans un futur proche, par l'Etat du culte de l'Islam. Le principe de la laïcité, c'est de ne pas permettre à l'état de gérer le culte en France, ni de l'organiser afin de préserver les consciences de tous les citoyens. Vous vouliez savoir ce que l'état prévoit, ce que sera le Concordisme en matière d'Islam ? Lisez ceci. J'ai répondu en qualité de citoyen.

Assises territoriales de l’islam de France.
Dans la continuité des instances de dialogue lancées en 2015, et pour faire davantage entendre la voix de la grande majorité des musulmans de France qui veulent participer à une meilleure organisation de l'Islam dans le cadre de nos institutions, l’État a souhaité organiser les assises territoriales de l’islam de France.
 
1 - Représentation de l’islam de France
1. Comment percevez-vous le rôle de l’État ?
L'état se doit de respecter l'article 2 de la loi du 9 décembre 1905 dite de "séparation des églises et de l'Etat" l'Etat ne reconnait ni ne subventionne aucun culte".Ce questionnaire part trés mal. C'est hallucinant de voir ce questionnaire sur un site gouvernemental.
 
2. Le CFCM et les CRCM vous paraissent-ils représentatifs de l’islam de France ?
Ce n'est pas le problème de l'état que de savoir si ces organisations sont représentatives. Cela ne regarde que les croyants et en aucune façon l'état qui doit juste s'assurer du respect de la loi à leur encontre dans la pratique du culte. Et encore moins le mien si l'Etat applique la loi de 1905.
 
3. Quelles améliorations pourraient être selon vous apportées à cette organisation ?
Il y a deux organisations. Cette question est indexée et sous-tend que la solution proposée est une unification de ces deux instances. C'est une question malhonnête en plus d'être illégale puisque l'état ne reconnaît ,ni ne subventionne pas le culte. Un piège!
 
4. Seriez-vous favorable à la mise en place d’un échelon de représentation départementale ? Si oui, selon quelles modalités ?
euh non! Pas favorable puisque l échelon départementale est un échelon administratif du fonctionnement de l'état et donc ce n'est pas à l'état de poser cette question puisqu'il ne reconnaît ,ni ne subventionne pas les cultes. Ca devient lassant! L'islam de france de la dordogne!!!!? Nous ne sommes pas des crétins.
 
5. Dans la perspective des prochaines élections, prévues en 2019, quelles sont vos attentes et propositions concernant les modalités du futur scrutin ?
Encore une question bizarre. Quel rapport avec les cultes et leurs représentativités? Si la question est de savoir si des partis religieux pourraient représenter des croyants en politique, la réponse est non, en vertu de la séparation des églises et de l'Etat. Manquerait plus que l'église devienne l 'Etat et vis et versa. Les partis politiques fondés sur une philosophie religieuse devraient être interdits.
 
6. A côté de la représentation des responsables d’associations cultuelles, seriez-vous intéressés par la mise en place d’une structure collégiale ou représentative des ministres du culte ?
Un syndicat de clergés ? Une instance sensée parler à l'état qui ne reconnaît ,ni ne subventionne le culte? Je commence à penser que ce formulaire va à l'encontre de la laïcité en indexant sérieusement les questions...
 
2 - Gouvernance des lieux de culte
7. Les activités culturelles et cultuelles sont-elles dissociées ? Si oui, selon quelles modalités ? Si non, cette dissociation est-elle envisagée à plus ou moins long terme ?
Non, elles ne le sont pas pour l'islam. Tant qu' il restera une porte ou un mur en placoplâtre entre les mosquées et les espaces culturels, il y aura soupçons sur le financement et la collusion politique. Comment croire que les subventions culturelles ne franchissent pas cette porte pour financer le cultuel? Quand a la dissociation ,pourquoi nous poser cette question ainsi, puisque cela relève du contrôle de l'organisation du culte par le ministère de l'interieur et de Bercy.
 
8. Des formes de rapprochement (gestion partagée d’un lieu de culte ou d’un projet, mutualisation des opérations de collectes, mutualisation du coût du salariat d’un ministre du culte) existent-elles ou vous paraissent-elles possibles et souhaitables ? Si oui lesquelles ?
Non ça me paraît pas possible,de poser cette question puisque l'Etat ne reconnaît ni ne subventionne pas le culte. Donc cette question dans ce formulaire est une aberration républicaine. Ce n'est  pas à l'Etat de gérer cette question.
 
4 - Financement du culte
9. Quelle est l’échelle qui vous paraît la plus pertinente pour organiser des structures mutualisées de financement ? Départementale? Régionale? Nationale?
Arrrrgh! L'état ne reconnaît ,ni ne subventionne le culte. Cette question est inepte . Ce n'est pas le problème de l'Etat que de gérer ou poser cette question. Si la question est de savoir si la Dordogne pourrait être un concordat ? Je suis sans voix
.
10. Le halal vous semble-t-il constituer une source de financement de l'islam de France ?
Qu'est ce que ça peut bien me faire ? Je demande parce que là, comme l'Etat ne reconnaît ,ni ne subventionne pas les cultes, il ne peut organiser la collecte d'une taxe halal cultuelle. Et comme l'islam de France n'existe toujours pas, il conviendrait de ne pas mettre la Charia avant les bœufs.
 
11. Avez-vous mis en place localement des modes de financement du culte ?
Moi non! Mais cette question ne peut être portée par l'Etat dans ce formulaire. L'Etat ne reconnait ni ne subventionne le culte.
 
12. Quelles sont vos attentes et vos propositions ?
Que l'état ne reconnaisse, ni ne subventionne le culte. La stricte application de la loi en fait!
 
4 - Formation des acteurs cultuels : ministres du culte, responsables associatifs, enseignants en religion

13. L’offre de formation existante vous parait-elle suffisante et adaptée ?                                                           Question inepte. Ce n'est pas mon problème ,ni celui de l'état. Sauf dans le cas du ministre de l'intérieur, une formation s'impose concernant l'application de la loi de 1905. Là on peut monter une cagnotte leetche.

14. Quelles sont vos attentes et vos propositions en matière de formation ?                                                              Que les diplômes de laïcité ne servent pas à rendre plus propre les imams salafistes par exemple, où ne servent pas à instrumentaliser la laïcité contre la République....c'est le minimum syndical.

 

source http://dordogne.gouv.fr/Actualites/Assises-territoriales-de-l-islam-de-France2/ASSISES-TERRITORIALES-DE-L-ISLAM-DE-FRANCE-QUESTIONNAIRE

Capture 2

république esprit laïque islam état loi de 1905