Auschwitz 2019" sur le campus de Bobigny .lettre citoyenne

L'association "Esprit Laïque" se fait le relai de cette lettre/ email et vous demande de faire suivre par voie postale, ou par email ce courrier citoyen.

Les faits dénoncés par ce texte sont d'une telle violence, que nous pouvons considérer qu'il s'agit ici d'une atteinte à la liberté de conscience et que le caractère antisémite ne fait aucun doute.

Merci de transmettre en copier-coller ce texte dans le corps de votre mail, aux adresses suivantes

secretariat.doyen.smbh@univ-paris13.fr

secretariat.direction.smbh@univ-paris13.fr

ou par voie postale à:

Faculté de Médecine, campus de Bobigny, UFR SMBH ,74 rue marcel Cachin  93017 Bobigny cedex

 

voici le texte en question:

Madame, Monsieur,


J'apprends par voie de presse, avec stupeur et consternation, qu'une étudiante en 2ème année de médecine est victime de harcèlement et d'injures à caractère antisémite de la part d’étudiants de la même année. Outre ces faits détestables, j'apprends que ces mêmes étudiants s'adonnent à des "lancers de kippa", font des saluts nazis lorsqu'il croisent cette étudiante, ont baptisé le séminaire annuel "Auschwitz 2019", ont pratiqué une notation des élèves juifs selon des critères clairement antisémites (la liste n’est pas exhaustive).

Ces comportements sont indignes et ne me semblent pas en adéquation avec l’éthique médicale.


Le serment d'Hippocrate exige du médecin de jurer fidélité aux lois de l'honneur et de la probité.
Les étudiants qui, avant même de prêter serment, s'adonnent à ces pratiques montrent à quel point les lois de l'honneur leur sont étrangères.
Je m'inquiète qu'ils puissent avoir un jour entre leurs mains une vie, notamment si elle porte un nom d'origine juive.


Je me félicite que vous ayez saisi le procureur de la république ainsi que le conseil de discipline, car indépendamment du serment du médecin, les lois de la République doivent être respectées.


J'ajoute enfin que la défense consistant à tout justifier par l'humour dénature la notion même d'humour.
Dieudonné avait tenté la même défense, y compris devant la cour européenne des droits de l'homme. Ce fut en vain car il ne s'agissait pas d'humour mais d'idéologie antisémite et de comportements délictueux.


Les comportements et propos des étudiants semblent eux aussi constitutifs d'infractions pénales.
Je déplore que l’étudiante victime et témoin, ainsi que tous les autres étudiants, soient aujourd'hui encore plus harcelés. J'espère que des mesures conservatoires sont prises pour les protéger.


Je compte sur votre sévérité et votre inébranlable défense des valeurs portées par le serment d’Hippocrate.

république esprit laïque antisemitisme campus de bobigny