Focus: décryptage de l'arnaque sémantique du

Focus: décryptage de l'arnaque sémantique du "vivre ensemble"

Parlons un peu de la pasteurisation des esprits. En matière de laïcité, il y a plusieurs écueils sémantiques qui piègent le débat public. Le plus important d'entre eux est une réduction de la loi de 1905 et de son esprit (la laïcité) à un traitement global de ce que cet ensemble représente.

On parle de "vivre-ensemble".

La laïcité est un principe philosophique en soi. Il est donc inutile d'en réduire la portée en en faisant un sous-produit de propagande.

La laïcité, c'est un principe de vie à lui tout seul qui coule de la République sur les citoyens.

La laïcité permet d'être un citoyen qui se définit autrement que par sa croyance ou son obédience philosophique.

La laïcité permet d'être l'égal d'un autre citoyen dans la cité sans se prévaloir d'un droit particulier, divin ou humain.

La notion de "vivre-ensemble" est véhiculée par des journalistes "feignants". Une réduction passe-partout qui piège l'esprit même de ce que porte la notion de laïcité. Les détracteurs de la laïcité se sont spécialisés dans les adjectifs à accoler au mot " laïque" . Jean Baudérot, historien, parle de laïcitéS, ou de "laïcité apaisée". Asif Arif, avocat, décrit "les outils pour maîtriser la laïcité" avec préface de Jean-Louis Bianco, le patron de l'Observatoire de la laïcité, organe d'Etat sous la houlette de Matignon.

Bauderot
Asif arrif

Ces gens s'arrogent le droit de dénaturer l'esprit de la laïcité, avec en ligne de mire une modification de la lecture de la loi ou de la loi elle-même. On pourrait croire à une bataille intellectuelle puisque ces offensives sont inconnues du grand public et ne touchent qu'un cercle restreint de connaisseurs.

Et pourtant, c'est bien la loi de 1905 qui est au cœur de cette bataille, l'abrogation de certaines dispositions et la modification philosophique de l'esprit laïque. Le terme "vivre-ensemble" est le fer de lance de cette bataille philosophique qui fait que, par glissement sémantique, l’expression de liberté de religion est parfois utilisée en lieu et place de la notion fondamentale de liberté de conscience.

La loi 1905 impose des directives très précises concernant l'exercice du culte. Cela impose une séparation franche entre l'État et les cultes, une neutralité intégrale des fonctionnaires et des agents publics, une interdiction d'utiliser le culte pour un fond politique, de ne pas laisser l'Etat faire la liturgie des cultes, de séparer les politiques publiques de toutes proximités avec les acteurs religieux et leurs conceptions philosophiques.

En la réduisant au "vivre-ensemble", les ennemis de la laïcité réintroduisent l'ensemble des éléments du jeu dans le grand sac législatif. En expliquant que la laïcité serait discriminante, par exemple pour le "vivre ensemble", on pratique le sophisme et l' inversement de causalité. La laïcité, qui couvre l'ensemble des citoyens, serait un poids pour une partie de la population ! Donc, il faut limiter la portée de la loi pour éviter une discrimination qui n'existe pas puisque la loi couvre l'ensemble des citoyens.

Limiter la portée de la loi pourquoi faire ?

Pour permettre une extension du droit du culte, une libéralisation du fait religieux, un agrandissement du champ politique cultuel.

Ne nous y trompons pas, il ne s'agit pas d'un culte en particulier. On pourrait croire que cette offensive ne va que dans le sens de l'Islam. C'est en partie vrai et ce n'est pas que faux. La laïcité est un principe philosophique qu'en France nous avons su mettre à profit pour contraindre tous les autres principes philosophiques à ne pas fonctionner CONTRE l'esprit de la laïcité.

Il est donc faux de croire que seul l'Islam est gêné par les dispositions de la loi. Tous les cultes manœuvrent pour alléger le champs d'application de la loi 1905. Le chiffon rouge étant la loi de 2004 portant sur les signes ostentatoires (incluant particulièrement le voile islamique). Toutes les attaques cultuelles se focalisent sur cette disposition. Principalement par les portes paroles d'un Islam communautaire mais aussi par des gens qui avancent masqués en terme de convictions philosophiques.

La loi de 2004 est un vecteur puissant de contestation par les convergences des opposants au cadre laïque et républicain. Le particularisme français s'oppose au modèle anglo-saxon.

Ce modèle libéral permet la communautarisation des convictions et une affirmation confessionnelle qui crée, de fait, des déséquilibres puissants entre les citoyens et des politiques publiques clientélistes. Mais ce système s'équilibre en bloquant toutes critiques à l'encontre de telle ou telle communauté de foi. Les attaques en règle contre notre modèle vont dans le sens de cette libéralisation.

Le "vivre-ensemble", c'est le modèle libéral. Notre modèle laïque inclut toutes les convictions en partant des individus. Le modèle anglo-saxon sépare les convictions en communautés. C'est un enjeu pour l'avenir que remettre les mots à leur juste place.

La laïcité française n'est pas le « vivre-ensemble », ne doit pas l'être ou le devenir. Les chantres du multiculturalisme à l'anglo-saxonne ont d'ailleurs fabriqué un organe associatif percutant. Afin de permettre l'acceptation du " vivre-ensemble", ils ont décliné un nouveau principe parallèle. La coexistence.

Basée sur une reconnaissance des communautés confessionnelles, est née l’association "Coexister".

En France, l'héritage des lumières donne des libertés aux individus par la loi et ce indépendamment des droits divins.

La seule communauté est nationale, elle ne peut être divisible ou permettre de s'en échapper au nom de Dieu ou de règles spécifiques confessionnelles. C'est l'essence de la République.

Coexister

L'association multifonctionnelle " Coexister" fonctionne contre ces principes républicains.

Se basant sur une reconnaissance des communautarismes musulmans, juifs, chrétien (protestants ou catholiques), elle impose un modèle " illégal" au sens de l'égalité des droits de l'individu en pratiquant un prosélytisme qui va l 'encontre même de la laïcité et de la République.

Ce mouvement est par ailleurs présent au Royaume Uni ou en Allemagne, ce qui valide justement le caractère anglo-saxon et protestant du modèle qu'elle propose. Des modèles qui s'opposent à la laïcité française, au "french-secularism".

Ce mouvement "jeunes interconvictionnels" qui affiche donc la couleur confessionnelle de ces activités est pourtant financé en partie par le denier public, avec l'aide active de l'Observatoire de la laïcité. Sur ses publications papiers, Matignon et l'Elysée sont en bonne place dans les supporters de cette communauté de communautés, alors même que la loi de 1905 interdit toutes reconnaissances des cultes et le financement de ceux-ci.

Grâce à ces partenariat d'Etat, l'école publique et laïque ouvre ses portes à ce support prosélyte pour discuter du fait religieux sous forme de validation de la communautarisation, comme si la loi de 1905 n'existait déjà plus.

La propagande contre la loi de 2004 prend donc forme dans nos écoles et collèges avec l'intrusion par "Coexister" dans des lieux difficile d'accès par la nature de la loi de 1905, puisque dans les groupes convictionnels de jeunes, dépêchés dans les murs de la République, est toujours présente une jeune musulmane voilée.

Avec l'aide active d'organes d'Etat, de l'Etat lui-même, par l'Elysée et Matignon. Le tout par prélèvements fiscaux sur l'ensemble des citoyens. Le caractère religieux de "Coexister" ne fait pas de doute. C'est affirmé dans leur communication.

Et pourtant, "Coexister" se revendique laïque et est adoubé par l'Etat qui ne peut en reconnaître le caractère religieux. Le " vivre-ensemble confessionnel" n'est ni un principe laïque, ni un principe républicain. Il s'oppose à la communauté nationale des citoyens. L'Observatoire de la laïcité ne s'oppose pas à ce type d'association, puisqu'il en fait la promotion active en laissant son logo sur les activités de "Coexister".

Il s'agit ici d'une évangélisation, une pasteurisation de la société avec de nouveaux missionnaires protéiformes. Un nouveau clergé, un syndicat des croyances. Une union convictionnelle qui se cache derrière le mot " vivre-ensemble", promue par l'Etat lui-même, sous l'arbre d’un sécularisme anglo-saxon, et le protestantisme.

Pas de laïcité dans le "vivre-ensemble", pas de laïcité dans la coexistence.

Il n’y a de laïcité que dans la République.

Révélation sur Asif Arif:http://www.forum-laique.org/forum-laique/tribunes-de-l-ufal/--4.html

république esprit laïque observatoire de la laicite coexister asif arif