Lettre aux musulmans en France.

Lettre aux musulmans en France.

Le président Macron et son gouvernement sont en train de mettre au point une réforme de la loi de 1905. Une réforme négociée avec les responsables des cultes et en particulier avec le culte musulman. Contre toute attente, sans demande particulière, l’État a décidé de modifier la loi 1905 dans ses articles fondateurs au prétexte de reconnaitre un clergé pour vous représenter.

Cette réforme intervient dans un climat particulier, et dans un pays particulier. La trop longue série d'attentats meurtriers contre la nation française, nation dont vous faites partie, a fragilisé l'équilibre nécessaire à une société laïque. L'émergence du radicalisme islamiste et du salafisme en particulier, a jeté le discrédit sur l'islam.

Ces courants intégristes dont la violence de la pensée a pour but de nous séparer. Une division qui devient à certains endroits manifeste. Une division visible par le textile et la modification des codes sociaux basés sur un rejet de l'Occident et de sa façon de percevoir les rapports minimum entre les gens: un rejet de la civilité admise par la société.

Et il y a cette division invisible. Celle de la pensée. Du raisonnement! Alors même que la France, pays particulier par ses lois qui régissent la vie en société, a mis en place depuis plus d'un siècle le moyen pour chacun d'entre nous de ne pas nous opposer sur les questions religieuses, des sous-groupes de français ont fait le choix de nous séparer. Une manœuvre précise et mécanique, sans cesse augmentée, comme une spirale qui nous plonge inexorablement vers le trou noir de la séparation.

En France chacun d'entre nous est citoyen. A ce titre nous avons des droits et des devoirs envers nous même et à titre individuel qui nous permettent tous de nous considérer comme l'égal de l'autre. Les lois supérieures de ce pays, garantissent même à chacun d'entre nous de pouvoir revendiquer individuellement nos croyances, sans juger celles des autres citoyens.

Grâce à cela, nous pouvons, sans réserve, pratiquer avec nos coreligionnaires, le culte qui découle de nos croyances. Il nous est même possible de croire individuellement sans participer à un culte collectif ou encore de ne pas croire du tout! Ce particularisme de la France est un atout non négligeable, puisque aucun dieu ne peut obliger les citoyens à des rites ou des pensées qui privilégieraient un culte par rapport à un autre, en ne conservant que le rôle de citoyen à chaque individu.
 


De nombreux musulmans considèrent la France comme un refuge et intègrent la communauté nationale, chassés et pourchassés de théocraties où la loi de dieu gère la société, pour des convictions jugées déviantes . Il est même possible de sauver sa vie en cas de renoncement à la foi sans que l'État français n'ait son mot à dire. On peut même en rire. C'est tout le paradoxe laïque.
Ce grand écart est possible parce que nous sommes citoyens avant tout, y compris avant la croyance et la culture. À la seule condition d'en accepter la dimension humaine et d'intégrer le fait que nous sommes, citoyen, à titre individuel.

Depuis quelques années, cet état de fait est remis en cause de différentes manières. De nombreux acteurs de la vie publique, ont fait le choix de s'ériger en porte-paroles de vos croyances. Musulmans ou non par ailleurs.
Ils peuvent être élus politiques, conseillers d'élus, personnalités médiatiques, responsables d'associations, acteurs sociaux, ou simplement votre voisin. Ce porte-parolat intègre même l'enseignement supérieur et en particulier les chaires de sociologie.

Alors même qu'en Islam, il est admis qu'aucun clergé ne peut se prévaloir de l'ensemble des consciences, tout ces représentants forment une représentation cléricale du dogme. Grâce à des artifices sémantiques tel que " l'islamophobie" ou le "racialisme", ils ont entreprit de vous extraire de la communauté nationale en vous poussant à renoncer à vos libertés.

Je dirais même à nos libertés.

Alors même qu'il n'était aucunement nécessaire de faire état de nos croyances dans nos relations, de ne pas baser nos rapports sur une échelle religieuse, c'est devenu un préalable à toutes choses. Lentement nos relations se dégradent, en posant des précautions à chaque interaction sociale, au travail, dans la rue, sur nos paliers.

Tout ces changements s'inscrivent dans une rééducation permanente de chacun d'entre nous par des prises de positions régulières dans les médias de nombreux intellectuels qui instillent dans les discours des éléments de victimisation, ou des demandes de reconnaissances de droits particuliers. Avec toujours une volonté de diviser par des manœuvres accusatoires qui concourent à vous renvoyer à une logique communautaire et communautariste: Ce n’est que le début de ce nouvel apartheid.

À ceci, je ne peux que vous dire à quel point je suis heurté par la méthode et le glissement vers le séparatisme que provoquent ces manœuvres idéologiques. Pousser les citoyens à se regrouper afin de faire reconnaître des codes et des droits spécifiques, nous met en danger au regard des droits individuels que protègent la loi française.
Nous sommes citoyens sans réserve. Avec des droits communs à tous et toutes. S'en éloigner pour des motifs dogmatiques fragilise nos libertés.

La réforme de la laïcité qui vient, ne fera qu’accentuer ce mouvement de séparation. Alors que la représentation nationale se fait par élections par le peuple, l'état va valider des porte-paroles pour les seuls musulmans. Vos consciences, vos croyances seront portées par un clergé qui travaillera avec l'état à brider vos libertés individuelles et par extensions celles de tous les citoyens.
On sait que ces représentants, font de vous des musulmans avant d'être des citoyens. Ce clergé parlera à votre place, dans une logique communautaire, en niant votre capacité individuelle de vous inscrire dans une société qui vous reconnaît encore ce titre.

Cette réforme, validera l'islamisme comme courant de pensée, mettant en danger impérieux votre façon de vivre votre foi, d'élever vos enfants, de vous épanouir dans vos métiers, de vivre votre citoyenneté. Nous allons en France, reconnaître un clergé qui contrôlera le dogme, en le soumettant à des politiques théocratiques venues de pays étrangers que certains d'entre vous ont fuit.

Cette réforme institutionnalisera les courants salafistes ou islamistes de l'islam du "milieu" et oblitérera gravement l'équilibre des consciences, de nos consciences. C'est justement cela que de nombreux laïques se sont attachés à défendre . Cette laïcité à la française qui est vilipendée par des porte-paroles auto-proclamés de vos consciences.
Ces petits imams doivent être renvoyés à ce qu'il sont; des instruments religieux qui veulent vous séparer de la nation, vous communautariser, et vous imposer des codes sociaux venus de théocraties rigoristes.

Je me permets donc de vous enjoindre à rejoindre le combat laïque, le combat pour vos libertés individuelles qui vous permettra de vivre votre foi pleinement, sans crainte pour vos croyances que chacun d'entre nous pourrons défendre. Je vous demande de ne pas vous faire enfermer dans une communauté religieuse, ni valider ce clergé à venir qui va vous enlever la parole individuelle en vous renvoyant à une essence qui n'existe que dans les théocraties.

Vous êtes nos concitoyens. Je suis votre concitoyen. Nous sommes une communauté, certes imparfaite, mais nous sommes nés pour vivre ensemble, interconnectés dans une logique commune d'émancipation et de libertés. Je me devais de l'écrire, de vous faire savoir le soutien qui sera le mien pour préserver ce lien ténu entre toutes nos consciences contre ce projet de réforme que prépare le gouvernement. Préservons ensemble nos droits et nos devoirs envers nos concitoyens. Soyons Français, laïques et poursuivons l’œuvre émancipatrice qui nous pousse à être un peuple soudé pourvu d'un droit inaliénable ; la liberté de nos consciences individuelles.

Bien à vous !

Laïquement.
Rémi

espritassoc@gmail.com

https://www.marianne.net/debattons/forum/lettre-aux-musulmans-en-france

islamisme esprit laïque islam loi de 1905 laicite