Piscines, burkinis et scoubidous.

Des Piscines, des burkinis et des scoubidous.

L'agglomération de Rennes a pris une décision nouvelle qui met fin à une résistance de plus de 20 ans dans les établissements aquatiques.
Il est maintenant possible de nager avec autres choses qu'un maillot de bain codifié.
Après de longues luttes, de nombreuses discussions souvent âpres sur la question du short de bain en coton, du t-shirt couvrant et autres anomalies vestimentaires en piscine, le burkini fait son entrée dans les bassins.

Ce vêtement est un "piège" laïque. Il est le marqueur d'une déviance des esprits depuis l'exercice estival des plages où, filmée de loin, nous avons assisté à la méconnaissance de la loi des élus et des polices municipales.
Il faut le redire dans les espaces communs, dans la rue et dans les lieux publics : le port de vêtements religieux n'est pas interdit.

Piscine

Mais en piscine? Sur le fond laïque, rien n'empêche de nager en soutane ou en qamis. Donc a fortiori en burkini, c'est possible.
On parle bien de piscines publiques.
Pour ce qui est du privé, chacun y fait ce qu'il veut. Les mesures d'hygiènes sont sous la responsabilité du propriétaire des lieux. Dans les piscines publiques, nous sommes tous responsables de la sécurité et de l'hygiène de ces lieux sensibles. Collectivement!

A Rennes, le conseiller délégué aux sports déclare que le burkini est "autorisé [...] à condition que ces maillots respectent les conditions d'hygiène et de sécurité." Pour ce qui est du maillot de bain une pièce, il reste facile à doucher.
Ah oui, normalement pour respecter l'hygiène des lieux, le vêtement de nage doit être lavé sur le corps et rincé sous la douche, tout comme les cheveux, le pubis....
On entre dans l'eau, lavé.
Manifestement, ce conseiller n'est jamais allé voir sous les douches, si un burkini se lave convenablement.
Déjà que pour les maillots classiques c'est très succinct, alors pour ce tissu ample...

Certes, il existe des vêtements, type combinaison de natation pour le sport aquatique, moulants et en matières adaptées.
Ces vêtements comportent tous les critères d'hygiène et de sécurité. Ils permettent aux maîtres nageurs-sauveteurs d'avoir prise et de gagner les quelques secondes nécessaire à sauver des vies.
Le burkini n'est pas un vêtement de nage et n'est donc pas adapté à la sécurité de la baigneuse.

Il est un artifice religieux qui permet la présence dans des lieux normalement interdits à l'ostentation religieuse, des croyantes.
Le dire ne fait pas en soi polémique puisque c'est un fait reconnu par les porteuses de cette combinaison.
Mais il faut quand même dire les choses. Porter le burkini, ce n'est pas se mettre sous la responsabilité de dieu.
La responsabilité incombe à la direction de la piscine, tant en matière d'infections, verrues, sinusites, mycoses et autres allergies, qu'en matière de noyades.

En fait, la municipalité a cédé à la pression.
Depuis des années , les associations confessionnelles demandent des créneaux horaires spécifiques pour les communautés religieuses. Des horaires décalés pour ôter la présence des usagers lambda et permettre de s'ébattre sous le regard de dieu seul, et des maîtres nageuses. S'ébattre dans les eaux collectives, en privatisant un espace commun et public.

A Rennes ,on a résolu la très laïque question de ces créneaux en autorisant le port du burkini aux heures d'ouvertures classiques. Une forme de consensus mou, pour répondre à un islam du milieu.
Tout le monde pense qu'il a gagné la "bataille des piscines", mais c'est une nouvelle fois la République qui perd un morceau ....pour des raisons d'hygiène et de sécurité qui restent à démontrer.
Souhaitons bonne chance à la municipalité de Rennes en cas de problèmes graves de sécurité, et longue vie aux allerguologues et autres dermatologues.
Dieu pourvoiera à leurs salles d'attentes.

république esprit laïque état burkini piscine