Voile islamique, brocante et vidéo

Une nouvelle fois un incident vient émailler l'actualité au sujet du voile.

Lors des inscriptions pour une brocante à Croix dans le nord de la France, une altercation entre la présidente de l'association organisatrice et deux dames voilées pose encore une nouvelle fois la question du voile.

Cette discussion filmée par les deux femmes en hidjab prend forme lorsque la présidente, citoyenne décorée de la légion d'honneur, annonce qu'elle refusera les inscriptions des demandeuses en raison du port du voile islamique.

Motivant son refus, par le risque de mécontentement des autres exposants, qui lors des années précédentes, c'étaient plaint de la proximité avec "des femmes voilées", la présidente de l'association pousse même le vice jusqu'à indiquer le commissariat de police aux deux éconduites.

Ne dementant pas à "l'accusation "qui lui est faite, de chrétienne, elle valide donc, par " je suis bien une connasse de française " comme une façon supérieure d'affirmer son choix, elle se positionne hors du champs de la laïcité, en augmentant encore l'erreur qu'elle est en train de commettre.

Oui l'erreur!

Il faut constamment le répéter, le port du voile est autorisé, et protégé par le cadre laïque de la République, tant qu'il ne sera pas reconnu comme un uniforme politique islamiste. Le port de signe ostensible religieux, est autorisé partout sauf au sein des entreprises, et dans le cadre de la fonction publique en ce qui concerne les agents de l'État.

La présidente se met donc en infraction, et en assume parfaitement cet état de fait puisqu'elle affirme parfaitement son refus en connaissance de cause. [Par ailleurs, il semblerait que les deux femmes voilées, filment déjà avant que la présidente ne signifie le refus. Ce qui laisse à penser à ces fameux testing: Ces pièges de plus en plus récurrents qui facilitent un coup médiatique garantit.]

Pour autant, la laïcité protège justement ces deux femmes de l'ostracisation qui se manifeste ici. D'autant que revendiquer sa croyance, pour affirmer un refus pose un autre problème. En essentialisant sa décision, en confirmant que c'est en vertu de sa propre croyance qu’elle motive son veto, elle ne fait que rendre en miroir ce que le port du voile affirme: ma foi prime.

La présidente devient ce qu'elle pense combattre. Ce type de comportement, tout comme les maires qui empêchent des femmes voilées d'exposer sur les marchés de Noël, tirent dans le dos de la République. Ils tirent sur les laïques en ouvrant des tranchées qui vont se remplir d'accusations de racisme, de ségrégation, "d'islamophobie", de "cathophobie" et dans une moindre mesure alimenter les décoloniaux qui pratiquent le racisme anti blanc sans que personne n'y trouve ça redire.

Donner à manger aux rapaces est une erreur de taille, et les apprentis sorciers de l'essentialisme sont en train de gaver d'arguments les ennemis de la République en devenant eux même des collaborateurs actifs de la destruction du cadre laïque.

Mais, alors que nous sommes en droit de poser la question de la signification du voile islamique, de la validation d'un apartheid sexuel, de la dévalorisation de la femme, de la portée politique de cet accoutrement, de l'effet néfaste sur les rapports sociaux, de la valeur religieuse ou non de ce tissu, il nous faut rappeler que le port du voile est autorisé, puisqu'il n'est pas interdit!

Commentaires (1)

Bouvard Claude
  • 1. Bouvard Claude (site web) | 17/06/2019
S’enfoularder volontairement, c’est accepter le statut de sexe sur pattes et en même temps c’est donner aux enfants un signal péjoratif sur l’identité féminine. – Suite : Islam - ‘’ Le troisième sexe ‘’
https://laicite-moderne.blogspot.com/2018/12/le-troisieme-sexe.html

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 29/04/2019